Nullaque iam tellus, nullus michi permanet aer,
incola ceu nusquam, sic sum peregrinus ubique.

Francesco Petrarca, Epystole III, 19, 15-16.

Sentiment d’étrangeté, vanité et beauté du monde.
Quelques lignes, souvent nées du hasard et de l’oisiveté.
Quelques lignes inutiles, assurément.

peregrinus.ubique[at]gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :